Notre Email
 

 

HISTORIQUE DES ORGUES DE LA CATHÉDRALE

     Nous sommes certain qu’il existait un orgue au Moyen Âge, puisque nous conservons sur le côté gauche de la nef une tribune en surplomb, datant du milieu du XIIIe siècle. Cet orgue a été agrandi au XVe siècle, sous l’épiscopat de Nicolas Habart (1421-1431). Deux culots décorés par des anges, portant des armoiries, témoignent de cet agrandissement.

       Cet orgue médiéval subsista jusqu’au XVIe siècle, où il allait être détruit au cours des guerres de religion, en 1562. Un nouvel orgue fut édifié au fond de la nef, en 1597. Le buffet fut confié au sculpteur Jacques Lefèvre, qui avait déjà réalisé les nouvelles stalles, et la partie instrumentale au facteur Jean d’Argillières.

     Régulièrement restauré et agrandi, cet orgue passa la Révolution sans encombre et subsista jusqu’en 1844. La construction d’un nouvel instrument fut d’abord confiée au facteur anglais John Abbey, qui fit faillite en 1850, puis au grand facteur parisien Aristide Cavaillé-Coll (1811-1899).

      Aristide Cavaillé-Coll construisit presque en même temps l’orgue de chœur, en 1861, puis le grand orgue, en 1862. Le premier comporte deux claviers, un petit pédalier et 12 jeux. Le second, trois claviers, un grand pédalier et 43 jeux. Ces deux orgues sont restés dans leur état d’origine et sont tous les deux classés au titre des Monuments historiques. Tous les deux ont été restaurés récemment par les maisons Renaud, Lacorre et Robert, puis DLFO (Denis Lacorre, facteur d’orgue). On peut considérer le grand orgue de la cathédrale de Bayeux comme l’un des instruments majeurs de Cavaillé-Coll. Il mériterait d’être aussi connu que son voisin, l’orgue de Saint-Étienne de Caen (datant de 1885).

                                                                                           François NEVEUX

                                                             Organiste titulaire des orgues de la cathédrale

 

Composition du grand orgue Cavaillé-Coll de la cathédrale de Bayeux (1862)

 Grand-Orgue (54 notes) :

2e clavier 

  1. Montre 16
  2. Bourdon 16
  3. Flûte conique 16 (dessus)
  4. Montre 8
  5. Bourdon 8
  6. Flûte harmonique 8
  7. Violoncelle 8
  8. Prestant 4
  9. Dulciane 4
  10. Doublette 2
  11. Plein-Jeu harmonique (de 4 à 6 rangs)
  12. Cornet (5 rangs)
  13. Basson 8
  14. Bombarde 16
  15. Trompette 8
  16. Clairon 4

 Positif de dos (54 notes) :

1er clavier

  1. Montre 8
  2. Quintaton 8
  3. Flûte harmonique 8 (dessus : 30 notes)
  4. Salicional 8
  5. Voix céleste 8 (deux rangs)
  6. Prestant 4
  7. Doublette 2
  8. Quinte 3 [2 2/3]
  9. Picolo 1
  10. Cromorne 8
  11. Trompette 8
  12. Clairon 4

Récit expressif (54 notes) :

3e clavier

  1. Bourdon 8
  2. Flûte harmonique 8
  3. Viole de gambe 8
  4. Voix céleste 8
  5. Flûte octaviante 4
  6. Basson-Hautbois 8
  7. Voix humaine 8
  8. Trompette 8
  9. Clairon 4

 Pédale (30 notes)

  1. Contrebasse 16
  2. Basse 8
  3. Flûte 4
  4. Bombarde 16
  5. Trompette 8
  6. Clairon 4

 Pédales de combinaison

 Gauche :                               

 1° Appel du Grand-Orgue (machine Barker) 

2° Tirasse Grand-Orgue                      

3° Tirasse Positif                                    

    (pas de tirasse Récit)                      

4° Accouplement Grand-Orgue/Positif                        

5° Accouplement Grand-Orgue/Récit

6° Octave grave (sur le Grand-Orgue)            

Milieu :

Pédale de la boite expressive   

Droite :

1° Appel des Anches du Grand-Orgue  

2° Appel des Anches du Récit  

3° Appel des Anches de Pédale

(pas d'appel d'anches du Positif) 

4° Trémolo (sur le Récit)

* Jeux sur Appel : en italique

Photo X (Droits réservés)